II. Hiérarchie et fonctionnement

Publié le par Impact-sectes

a) Le gourou, ses sous-chefs, et leurs méthodes vicieuses

 

Le gourou peut être le fondateur de la secte ou le descendant (spirituel ou par le sang), d'un Dieu, d'un demi-Dieu (plus modeste), du Messie d'un Dieu ou de n'importe quoi.

La soumission à ce chef est on ne peut plus draconienne : si un adepte commence à se poser des questions, à remettre en question l'autorité du gourou, et quand la secte sent que cette personne lui échappe, alors viennent les moyens tyranniques.


En effet, comme le maître seul détient la Vérité, être en désaccord avec lui signifie avoir tort. Il est considéré comme un traître par l'ensemble du groupe : comme ce groupe n'est plus que le seul que la personne connaisse, l'individu, par peur de la solitude et par désir de la chaleur de ses nouveaux - et seuls désormais - amis, revient, renonçant à son libre arbitre.


Les moyens de pression utilisés sur le traître pour le remettre dans le droit chemin varient peu selon les sectes : entretiens (façon tribunal), harcèlement téléphonique, menaces, agressions, harcèlement physique (suivre la personne où qu'elle se rende), culpabilité, chantage à l'amitié.


Certaines sectes vont même jusqu'à empêcher physiquement leurs adeptes de quitter le groupe en les séquestrant. De plus, afin d'asseoir encore mieux l'autorité du gourou, les sectes sont généralement structurées de façon pyramidale et très hiérarchisée.

 

Commenter cet article

arthur 21/08/2013 18:32

Faut avouer que certaines sectes ont des méthodes très élégantes et efficaces de manager leur activité. Voyez la Scientologie par exemple dont les modèles sont adoptés par de très prospères
companies de toutes tailles. Il ne faut pas tout condamner a priori parce que quelque obscure "autorité'' y a collé l'étiquette "secte".
Ce sont des attitudes obscurantistes très sectaires.

rovali 02/07/2013 22:20

Pour les sectes il en va comme pour les grandes religions. Il y a des extrémistes, et des profiteurs qui abusent de la crédulité des autres. Ce sont eux qui causent les problèmes. Mais il n'en
existe certainement pas plus que dans n'importe quel autre domaine d'activités humaines et ceux qui existent peuvent très bien être règlés au moyen des lois en vigueur sans avoir besoin de
réinventer l'eau chaude.

Malheureusement, les gens bornés de mouvance anti-sectes ne peuvent pas concevoir des concepts tels que liberté de pensée et croyance ou simplement libre choix. Pour eux, tous ceux qui ne pensent
pas comme eux sont faibles et ont besoin d'être protégés. Alors bien entendu il n'y a pas de dialogue possible en dépit des millions que le gouvernement injecte dans ces entités et le problème ne
se résout pas. (http://assr.revues.org/24034)

Helisaone 26/07/2012 11:33

Avec les sectes, c'est comme dans n'importe quel autre domaine de la vie. Il faut faire prueve de jugeote. La bigoterie - qu'elle soit anti-sectes ou pro-sectes n'a jamais été une solution. De tout
temps il y a eu des bigots, de quelque bord que ce soit, souvent organisés en groupes ou en institutions, qui se croyaient plus "éclairés" que les autres et qui ont essayé d'imposer leur vue aux
autres. Avec le recul de l'histoire, leurs vrais visages apparaissent: ce sont les les despotes, les obscurantistes, en somme, tous des idiots. Tout le monde se porterait bien mieux sans eux.
Moralité: ne tombez pas dans les extrêmes, pensez par vous-même sans vous faire l'écho de qui que ce soit.

Alian 21/06/2012 21:04

Au lieu de crier aux sorcières, je pense qu'il serait plus de mise de rester vigilant pour se garder des dérives en tout genre. Cela s'applique aussi bien aux dérives sectaires qu'à celles des
opposants des sectes. Quelqu'un disait à juste titre que le danger avec la lutte contre les sectes, c'est d'avoir soi même une vue « sectaire ». Lorsque l'on voit un monsieur Fenech, le « Monsieur
sectes» de la France et le chantre de la « Tolérance zéro » qui vient d'être condamné pour diffamation publique on est en droit de se poser des questions sur la sérénité avec laquelle le sujet est
traité.
http://www.sectes-infos.net/communiques_presse_219_doxa_antisectes.htm

Eliot 22/12/2011 10:33

Tous les comportements non conformistes figurent sur la liste des symptômes d'appartenance à une secte. Et les méthodes alternatives de guérison sont certainement "non-conformistes". Que ceci ait
ou non quoi que ce soit à voir avec une dérive sectaire est tout à fait secondaire. Ceci pour dire qu'il ne suffit pas que ce soit "officiel" pour que ce soit sans danger.
Les bigots anti-sectes sont à l'affût de tout: de votre régime alimentaire, de votre courrier abondant, de vos sorties d'argent - y compris de vos emprunts, de vos soins médicaux surtout si vous
faites appel à des méthodes de guérison alternatives, de vos fréquentations de magasins bio, de vos voyages, de vos pratiques sportives etc. On en arrive à dire que tout groupe ayant certaines des
cartactéristiques énumérées ci-dessus est un mouvement sectaire, et tout individu manifestant certaines de ces caractéristiques est suspecté d'une marginalité inacceptable.
En fait, ces groupes de pression tels que la MIVILUDES en France ou l'Observatoire des sectes en Belgique ou quelque autres noms qu'ils aient dans d'autres pays, sont des précurseurs de la police
de la pensée au service d'un maître dont les intérêts n'ont rien à voir avec le bien être des gens mais sont purement guidés par l'argent et le contrôle de la populace.
Ceci pour dire qu'il faut être vigilent à tous les égards. Il appartient à chacun de faire un choix: soit d'être un mouton docile qui suit le troupeau, soit de garder et d'exprimer sa liberté de
pensée. Le problème est loin d'être nouveau. Voyez http://www.panarchy.org/voltaire/penser.html